Sortir de sa zone de confort

Bien souvent, il faut aller chercher très loin tout au fond de vous pour trouver la motivation de sortir de votre zone de confort. Il faut donc désirer cette chose que vous souhaitez atteindre, au point où pour vous, cette chose en question à la possibilité d’améliorer une partie de vous. Chaque jour, des événements se passent dans votre vie et cette opportunité de changer s’offre à vous. Cependant, c’est souvent un effort surhumain qui est demandé pour sortir de sa zone de confort. Pourquoi ? Car l’humain est fait ainsi, il évite toute chose qui le rapprocherait de l’inconnu ou de l’échec, c’est comme si une partie ancrée profondément en nous prenait la décision de nous complaire dans notre zone de confort. C’est cette partie de nous qui nous bloque dans cette habitude de vie, même si celle-ci ne nous plaît pas. Changer, c’est aussi faire face à la nouveauté et c’est précisément cette nouveauté qui suscite cette peur en nous. Malgré tout, tout ça n’est pas insurmontable.


5 stratégies pour sortir de sa zone de confort


1) Trouver des objectifs émotionnels agréables


Ce sont les émotions qui ont un réel impact sur notre envie de changement. L’état d’esprit peut cependant ne pas être en accord avec les émotions ressenties et c’est ce qui fait que cette motivation en vous ne perdure pas dans le temps. Vous devriez donc prendre le temps de réfléchir à ce que vous voulez concrètement. Le fait d’avoir une vue dégagée sur un objectif que l’on se donne, le rend bien plus atteignable. Si cela n’est pas suffisant pour trouver assez de sentiments positifs en vous, vous pourriez aussi vous demander ce que la réalisation de cet objectif peut vous procurer. Enfin, si des blocages persistent, vous pouvez vous demander ce que le fait de ne pas atteindre votre objectif vous ferait. Parfois, ressentir ce que nous ne voulons pas permet de nous motiver.


2) Se fixer de plus petits objectifs


Avoir un objectif clair est une chose, mais encore faut-il que celui-ci ne soit pas indigeste. Il sera donc nécessaire de découper l’objectif en plusieurs plus petits objectifs que vous pourriez facilement atteindre. Si le nombre de « sous-objectifs » est trop nombreux, il se peut que cela atteigne votre motivation et votre efficacité. Cependant, si celui-ci est fragmenté comme il faut, vous prendrez même plaisir à avancer.


3) La visualisation


Malheureusement, la logique visant à dire que l’objectif à atteindre est bon pour vous n’est pas un motif assez fort pour votre inconscient. La motivation et l’envie de changer viendra avec autre chose de bien moins rationnel. Visualisez donc la réussite de cet objectif, qu’est-ce que cela changera dans votre vie ? Qu’est-ce que cela vous procurera intérieurement ? En bref, projetez vous.


4) La temporalité des sous-objectifs


Même si vous fragmentez votre objectif principal comme il faut, il faudra veiller à ne pas avoir des sous-objectifs trop longs à atteindre. Il faut absolument maîtriser le temps que nous mettons à accomplir des objectifs et sous-objectifs. Plus il sera long de les accomplir et plus la motivation s’estompera. Imaginez-vous, travaillant efficacement sur votre objectif à atteindre et, accomplissant un bon nombre de tâches dans le temps imparti et dans une courte temporalité. Ne vous sentiriez-vous pas tout simplement bien ?


5) Des changements en phase avec notre identité


Lorsque nous étudions les niveaux logiques de Robert Dilts, l’identité est au sommet de la pyramide. C’est peu dire à quel point ce niveau est important afin de sortir de sa zone de confort. Il est donc possible que nous bloquions un potentiel bon changement simplement parce que nous ne nous y identifions pas. C’est d’ailleurs souvent un sentiment de peur qui découle de ce manque d’identification. Afin de bien nous identifier à un potentiel changement, il est important d’être en phase avec les autres niveaux logiques qui sont (en repartant par le niveau juste en dessous de l’identité) : les valeurs et les croyances que l’on se porte, les capacités que nous avons et pensons avoir, les comportements que nous avons dans la vie de tous les jours et enfin, en premier lieu, l’environnement qui nous entoure.


Voyons maintenant quelques conseils afin de sortir de sa zone de confort. Nous garderons aussi en tête que dans ces quelques conseils, nous avons déjà acquis l’envie de changer.


Pourquoi avoir peur ?


Un changement dans la vie nécessite de faire le deuil de quelque chose. Lorsque nous nous apprêtons à sortir de notre zone de confort, nous savons donc que nous allons devoir passer par cette étape sans réellement savoir ce qui nous attend. Toujours à la recherche d’un équilibre qui ne le confrontera pas à trop d’événements stressants, l’humain va donc naturellement éviter les changements qui pourraient bouleverser une habitude, une organisation, un groupe, un sentiment et bien d’autres.


Imaginez que vous soyez en train d’apprendre à faire du roller. Lorsque vous allez commencer à vous éloigner de la barrière à laquelle vous vous teniez, vous aller avoir cette appréhension, cette pensée qui va vous dire que vous pouvez tomber à tout instant. Cependant, vos challenges deviennent de plus en plus grands. L’objectif n’est plus d’appréhender les rollers, mais bien de tenir debout, et ce, sur une longue distance. C’est d’ailleurs à ce moment-là que certaines sensations comme la fierté d’avancer font leur apparition. Trouvez donc ces sentiments qui viendront vous épauler face à quelques petites difficultés qui se dressent face à vous.


Identifier ce qui pousse à rester dans la zone de confort


Les peurs liées au changement peuvent varier. Il est donc nécessaire d’avoir une bonne connaissance de soi afin d’identifier la principale cause de ces appréhensions. Vous pourriez ainsi trouver une ou plusieurs solutions adaptées assez facilement.

1) Cause personnelle


En lien direct avec la façon de faire et la façon d’être de la personne qui souhaite le changement. Le risque est de remarquer des pertes au niveau personnel sans se focaliser sur les éventuels avantages à gagner avec le changement. Ainsi, la personne abandonne toute envie de changement.


2) Cause collective


De par l’avis général ou simplement par la peur de ne pas entrer dans une case déjà prédéfinie. Souvent lié à un désagréable sentiment d’être différent. La personne va donc se rappeler des différents avantages à être dans un groupe, des différentes habitudes qu’il a eu jusqu’alors et de sa routine au sein d’une collectivité.


3) Cause directe


Liée au changement, cette cause peut emmètre un blocage lorsque la personne se rend compte de l’énergie à déployer, du temps d’adaptation, des nouvelles habitudes à mettre en place etc…


4) Cause indirecte


Cause liée aux imprévus qui arrivent ou arriveront lors de la mise en place d’une nouvelle habitude ou d’une nouvelle sortie de zone de confort tout simplement. Souvent, ces imprévus sont le fruit d’une mauvaise gestion des différentes étapes à suivre pour atteindre votre objectif.


Conclusion :


Avoir envie de sortir de sa zone de confort est une chose, encore faut-il savoir comment faire pour maintenir cette motivation à un grand niveau. Il sera nécessaire d’avoir une idée précise de ce que vous souhaitez atteindre comme objectif. Découpez en suite ce grand objectif en plusieurs petits que vous serez capable de terminer dans un petit laps de temps est aussi intéressant, mais lors de cette pratique, vous aurez besoin d’une très bonne connaissance de vous-même afin de pallier à certaines causes qui pourraient impacter votre motivation.




Pour plus de renseignements quant aux formations articles de blog et activités proposés, je vous invite à vous rendre sur le site principal du C.H.E.F.

A bientôt !

32 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Prendre le temps de vivre comme bon nous semble. C’est quelque chose qui est bien trop souvent mis de côté au détriment de notre bien-être. Il est nécessaire de comprendre que chacun possède un rythme